LE DERNIER JOUR D’UN(e) CONDAMNÉ(E)


VICTOR HUGO

 

5- POURQUOI SOULEVER LE DEBAT DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES FRANÇAIS ALORS QUE LA PEINE DE MORT EST ABOLIE

EN FRANCE DEPUIS 1981 ?



Cette année, nous fêterons les 35 ans de l’abolition de la peine de mort en France.



Cet évènement est l’occasion d’inviter tous les acteurs de la société à réfléchir sur le sujet de la peine de mort. C’est aussi l’occasion d’évoquer cette question avec les élèves des collèges et lycées afin de leur rappeler l’histoire de leur pays et la situation actuelle dans le monde où elle est encore trop largement pratiquée. Selon Amnesty international, au moins 1708 personnes ont été exécutées dans 18 pays en 2009.



Aborder la peine de mort avec les élèves est aussi une formidable occasion, pour les enseignants, d’élargir cette étude, sur d’autres sujets fondamentaux de la société, tels que la notion de peine, la perpétuité, la place de la victime ou le pardon.



En France, si l’abolition de la peine de mort a été proclamée en 1981, à l’initiative de Robert Badinter, la question de la peine capitale reste importante. En effet, de nombreux français dont la culpabilité n’est pas établie restent condamnés à l’étranger et le débat national est régulièrement relancé à l’occasion de faits divers sur-médiatisés.

On note ainsi que divers hommes politiques suivis d’une large part de l’opinion publique (pouvant aller jusqu’à 50 % des français) sont favorables à la peine de mort.



La constitution française, la ratification de divers traités internationaux, et son appartenance à l’Union européenne (qui interdit le recours à la peine de mort en toutes circonstances), empêchent la France d’un éventuel retour en arrière sur la question de la peine de mort ; néanmoins il est important que nos futurs citoyens soient informés qu’il y a encore trente-cinq ans, des exécutions de condamnés avaient cours en France et sur les raisons qui ont poussé l’État français à renoncer à son application.



De plus, face à la mondialisation de notre société, il importe d’avoir une vision globale de ce qu’il se passe à l’international, et de ne pas faire la sourde oreille aux atteintes aux droits de l’homme que subissent les peuples voisins . Cet esprit d’ouverture est nécessairement conditionné par une connaissance de sa propre histoire. Cela permet en effet, de mieux se positionner dans un débat soulevant autant de passion.

PUBLIC CONCERNÉ

DE LA 4ÈME À LA TERMINALE


DURÉE DU SPECTACLE

1h15



BORD DE SCÈNE AVEC L’ARTISTE

DÉBAT AVEC UNE ONG PARTENAIRE

40 mn



ADAPTATION / INTERPRÉTATION


Lucilla SEBASTIANI



MISE EN SCÈNE


Compagnie L’Embellie Turquoise



CRÉATION


Festival d’Avignon 2015



EXPLOITATION À PARIS


Théâtre de L’Essaïon

D’avril à novembre 2016

PISTES PÉDAGOGIQUES

À TÉLÉCHARGER SUR LE SITE


  1. Propositions d’étude de l’oeuvre


  1. Lecture et étude comparative de textes de Hugo, Camus, Stendhal sur la peine capitale


  1. Les discours de Hugo, Jaurès, Badinter

TARIF :


790 € jusqu’à 100 élèves

puis 7 € par élève supplémentaire


Débat avec ONG offert


Déplacement offert sur Île de France

SPECTACLE RÉFÉRENCÉ PAR


ACADEMIE DE PARIS




ONG PARTENAIRES


ECPM (Ensemble Contre la Peine de Mort)


COLLECTIF “LIBÉRONS MUMIA !”


ACAT


PAX CHRISTI




AUTRES ORGANISMES PARTENAIRES


ORGANISATION INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE


SOCIÉTÉ DES AMIS DE VICTOR HUGO


LES AMIS DU MONDE DIPLOMATIQUE

Retour vers Histoire de l’abolitionLDJC_-_Histoire_de_labolition.htmlLDJC_-_Histoire_de_labolition.htmlshapeimage_1_link_0