LE DERNIER JOUR D’UN(e) CONDAMNÉ(E)


VICTOR HUGO

 

NOTE D’INTENTION


C’est au lendemain d’une traversée de la place de l’Hôtel-de-Ville où le bourreau graissait la guillotine en prévision de l’exécution prévue le soir même que Victor Hugo se lance dans l’écriture du Dernier Jour d’un condamné qu’il achève très rapidement.



LE DERNIER JOUR D’UN CONDAMNÉ, vibrant plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort, sort en 1829, sans nom d’auteur. Ce n’est que trois ans plus tard et sous son nom que Victor Hugo, dans une longue préface, remet en cause tout le système pénal dans une analyse argumentée, et revendique son texte. Dans ce roman qui se veut journal intime décrivant les six dernières semaines de vie, du procès à l’exécution, ce recueil de pensées nostalgiques ou angoissées, sa recherche du Sens, ses interrogations sur la Morale et la Société, façonnent ce grand texte politique. Hugo a volontairement laissé anonyme son protagoniste tout comme la raison de son crime pour rendre la chose la plus universelle possible.


Victor HUGO signe ici un récit poignant et brûlant d’actualité qui nous plonge au coeur d’un questionnement éthique et existentiel :


Des hommes ont-ils le droit de juger et de décider du sort de la vie d’un des leurs ?


Ce seul en scène est né d'une urgence, d'un besoin vital de parler de la peine de mort, tant le recours à cet acte barbare est encore à ce jour prôné dans de nombreux pays à travers le monde.

L’idée de faire incarner cette adaptation très fidèle du texte de Victor Hugo par une comédienne a jailli de la volonté de rappeler que cette ignominie s’abat autant sur les hommes, les femmes et les enfants.

Une autre particularité réside dans le fait que nous n’avons pas nécessairement enfermé l’action du texte de Hugo en France ni même à l’époque à laquelle ce roman a été écrit.

Au contraire, il nous est apparu très important de souligner que cette oeuvre doit demeurer universelle et intemporelle pour s’interdire toute tentative de minimisation au regard de l’abjection totale que recèle cet acte de barbarie.

Ce « moment de vie » scénique est à lui seul un support riche et propice aux réflexions, aux discussions, aux échanges et il permet la mise en place d’un travail de transmission, de sensibilisation à la question de la peine de mort.

Eveiller les jeunes, adultes en devenir, à un sujet aussi sensible que celui de la peine de mort, aussi grave et si terriblement omniprésent est un devoir dont nous portons tous la responsabilité.




Lucilla SEBASTIANI






« Cette tête de l’homme du peuple, cultivez-la, défrichez-la,

arrosez-la, fécondez-la, éclairez-la, moralisez-la, utilisez-la ;

vous n’aurez pas besoin de la couper »


Victor HUGO





PUBLIC CONCERNÉ

DE LA 4ÈME À LA TERMINALE


DURÉE DU SPECTACLE

1h15



BORD DE SCÈNE AVEC L’ARTISTE

DÉBAT AVEC UNE ONG PARTENAIRE

40 mn



ADAPTATION / INTERPRÉTATION


Lucilla SEBASTIANI



MISE EN SCÈNE


Compagnie L’Embellie Turquoise



CRÉATION


Festival d’Avignon 2015



EXPLOITATION À PARIS


Théâtre de L’Essaïon

D’avril à novembre 2016

PISTES PÉDAGOGIQUES

À TÉLÉCHARGER SUR LE SITE


  1. Propositions d’étude de l’oeuvre


  1. Lecture et étude comparative de textes de Hugo, Camus, Stendhal sur la peine capitale


  1. Les discours de Hugo, Jaurès, Badinter

TARIF :


790 € jusqu’à 100 élèves

puis 7 € par élève supplémentaire


Débat avec ONG offert


Déplacement offert sur Île de France

SPECTACLE RÉFÉRENCÉ PAR


ACADEMIE DE PARIS




ONG PARTENAIRES


ECPM (Ensemble Contre la Peine de Mort)


COLLECTIF “LIBÉRONS MUMIA !”




AUTRES ORGANISMES PARTENAIRES


SOCIÉTÉ DES AMIS DE VICTOR HUGO


LES AMIS DU MONDE DIPLOMATIQUE