LE MASQUE ET L’OUBLI


CHRISTIAN COUTURE

 

NOTE DE L’AUTEUR




Le 13 mars 1990, Patricio Alwyn prenait officiellement à Valparaiso ses fonctions de Président de la République du Chili.

Premier Président élu démocratiquement après dix-sept années de dictature sanglante exercée par le Général Pinochet et sa junte militaire.

Cette élection fut porteuse de tous les espoirs car tous espéraient un renouveau politique, le droit à la justice et la reconnaissance des crimes perpétrés. Ces attentes furent rapidement déçues lorsque le Président prôna, à peine élu, une politique de réconciliation nationale. Il frustrait donc toutes les victimes et leur ôtait la possibilité d’obtenir réparation.


Cette politique se poursuit encore, tous ses successeurs parient sur le temps, et misent sur l’oubli de ces années terribles.

Les militaires avaient voté une loi d’auto-amnistie afin d’échapper à la justice. Malgré cela, des gens courageux ont trouvé des arguments juridiques afin de la contourner. Sous la pression populaire et internationale, les tribunaux chiliens ont condamné quelques comparses civils et des militaires de seconde zone mais jamais le Général Pinochet, mort dans son lit en décembre 2006.

La conscience tranquille.


J’ai imaginé l’histoire de Maria Ayres Moreno, avocate et victime de la Junte de Pinochet, comme symbole.

Son acharnement à porter à la connaissance du monde des documents et des témoignages cruciaux résume la volonté d’hommes et de femmes courageux qui n’hésitaient pas, même au péril de leur vie, à tout tenter pour que justice soit rendue.


La pièce évoque le plan Z, le plan Condor et l’opération Colombo.

Le plan Z est une invention de la DINA – les services secrets du Chili - prétendant que Salvador ALLENDE avait l’intention de faire assassiner tous les hauts dignitaires, les militaires de grades supérieurs, les journalistes et tous les opposants à sa politique ainsi que leurs familles. Ce prétendu plan a justifié pendant deux décennies une répression féroce auprès du peuple chilien.

Le plan Condor fut mis en place par tous les états dictatoriaux d’Amérique du Sud pour échanger leurs assassinats politiques.

L’opération Colombo s’est soldée par l’exécution de cent six membres du MIR (Mouvement de gauche révolutionnaire du Chili) visant ainsi à décapiter la gauche chilienne.


LE MASQUE ET L’OUBLI contribue à lutter contre l’amnésie générale dont les gouvernants successifs du Chili font preuve.

Il est d’une absolue nécessité que les évènements tragiques vécus par des milliers d’hommes et de femmes ne s’effacent pas de la mémoire collective et sensibilisent les plus jeunes à cette page douloureuse de notre Histoire commune.



Christian COUTURE

PUBLIC CONCERNÉ

DE LA 4ÈME À LA TERMINALE


DURÉE DU SPECTACLE

1h15



BORD DE SCÈNE AVEC LES ARTISTES

DÉBAT AVEC ONG PARTENAIRE

40 mn



INTERPRÉTATION


Cyril HÉRIARD DUBREUIL

Jean-Paul ROUVRAIS

Lucilla SEBASTIANI



MISE EN SCÈNE


Jean-Paul ROUVRAIS



CRÉATION


En 2015

TARIF :


1 390 € jusqu’à 100 élèves

puis 11 € par élève supplémentaire


Débat avec ONG offert


Déplacement offert sur Île de France

PISTES PÉDAGOGIQUES


  1. L’histoire du Chili à partir de 1973


  1. Les crimes contre l’humanité


  1. La justice internationale