LA FEMME COMME CHAMP DE BATAILLE


MATEI VISNIEC

 

PUBLIC CONCERNÉ

DE LA 3ÈME À LA TERMINALE



DURÉE DU SPECTACLE

1h15



DÉBAT AVEC UN HISTORIEN

ET UNE MILITANTE FÉMINISTE

OU AVEC UNE ONG PARTENAIRE

40 mn



INTERPRÉTATION

Audrey LANGE

Lucilla SEBASTIANI



MISE EN SCÈNE

Lucilla SEBASTIANI



CRÉATION

SAISON 2017/2018

PISTES PÉDAGOGIQUES


  1. Le massacre de Srebrenica : prémices d’une forme d’islamophobie


  1. La montée nationaliste


  1. La destruction des communautés


  1. Le nihilisme de l’histoire


  1. La guerre en ex-Yougoslavie : regard de la communauté européenne


  1. Le droit à la différence, acceptation de l’autre


  1. Le viol des femmes, arme de guerre


  1. Le rôle et la place des femmes dans les guerres


  1. Le droit des femmes


  1. La parole, outil de guérison

TARIF :


990 € jusqu’à 100 élèves

puis 8 € /élève supplémentaire


Débat offert


Déplacement offert en Île de France

L’ÉQUIPE ARTISTIQUE


LUCILLA SEBASTIANI

Metteur en scène

Comédienne



                        


Au cours de sa formation de comédienne au sein de la Classe Libre du Cours Florent, dirigée par Francis Huster, Lucilla Sebastiani se distingue dans plusieurs rôles pour lesquels elle obtient des prix.


Nommée aux Jacques de la meilleure comédienne pour le rôle de La Fille dans L’Interrupteur de Claire Hinschberger, sur une mise en scène de Françoise Roche, elle obtient ce prix l’année suivante pour le rôle de Alma Winnemiller dans Etés et Fumées de Tennessee Williams, sur une mise en scène de Gilles Gleizes.


Francis Huster la choisit pour incarner La préceptrice dans Lorenzaccio de Alfred de Musset qu’il met en scène au théâtre du Rond-Point. Ce spectacle sera présenté au festival du Printemps des Comédiens à Montpellier.


Alternant entre rôles empruntés aux répertoires de la comédie et du théâtre dramatique, elle sera Lucienne dans Le Dindon de Georges Feydeau au théâtre de Nesles, Toinette dans Le Chemineau de Jean Richepin au théâtre Jean Verdier, Sœur Claire dans Le Squat de Georges Rose au théâtre Jean Dame, Toinette dans Le Malade imaginaire de Molière au théâtre de Nesles, puis en tournée en province et en Algérie.


Entre 2010 et 2014, elle interprète le rôle de Gabrielle Petypon dans La Dame de chez Maxim de Georges Feydeau dans divers théâtres parisiens (théâtre de Nesles, théâtre Darius Milhaud, Comédie Saint Michel, théâtre Marsoulan), au Festival Off d’Avignon 2011, puis en tournée dans divers théâtres en banlieue et province.


De 2012 à 2014, elle participe à des travaux autour de textes de différents auteurs sur les thèmes Autour de la nourriture, Autour de la musique, Autour de la Séduction et de la rupture. Tous ces travaux seront présentés au Lucernaire.


En mars 2012, elle crée la Compagnie Théâtrale L’Embellie Turquoise qui porte L’Inattendu, monologue de Fabrice Melquiot, mis en scène par Arnaud Beunaiche et joué au Théâtre Douze, Paris, en 2014. Elle y interprète le rôle de Liane. Pour ce spectacle, elle conçoit les décors en faisant appel, pour une partie, à un grand artiste souffleur de verre et fait composer la musique envoûtante dédiée à ce spectacle.


A compter de 2015, elle interprète la condamnée dans Le Dernier jour d’un(e) condamné(e), adaptation fidèle du roman de Victor Hugo, réquisitoire contre la peine de mort avec plus de 90 représentations à son actif, dont une trentaine en établissements scolaires sur tout le territoire français, suivies de débats avec l’appui des partenaires de la compagnie L’Embellie Turquoise. Deux représentations ont été données en octobre 2017 au Lycée français et à l’Institut français de Budapest avec débats. Une tournée de 7 représentations aura lieu en Ukraine en mars 2019.


En décembre 2017, elle crée La Femme comme champ de bataille de Matéi Visniec qu’elle met en scène et qu’elle co-interprète, dans le rôle de Dorra. Ce spectacle est également joué dans les établissements scolaires selon la même formule, dossiers pédagogiques et débats. Elle sera du 16 au 21 octobre 2018 à Séoul pour 4 représentations en partenariat avec Le Monde diplomatique Corée et l’Institut français.


En décembre 2018 et janvier 2019, elle interprètera, au théâtre du Ménilmontant à Paris, Médée du fond des mères, fusion du Médée de Sénèque et d’une version contemporaine, Sandre, de Solenn Denis. Ce spectacle est aussi proposé aux établissements scolaires.


A l’écran, on l’a vue dans diverses fictions télévisuelles.

 


AUDREY LANGE

Comédienne



       


Audrey Lange est comédienne, photographe et cinéaste.

Après s'être formée aux techniques de jeu masqué Commedia dell'arte, Balinais, Neutres et nez rouge de Clown, auprès des anciens comédiens d'Ariane Mnouchkine : Serge Poncelet et Georges Bonnaud, elle poursuit avec Luis Jaime Cortez. Elle découvre aussi l'Art de Conter avec les compagnies Amstramgram et Tabarmukk, la technique américaine de Meisner avec Sébastien Bonnabel et le très codé théâtre Baroque avec Jean-Denis Monory. Puis, pour s'adapter au jeu plus épuré du cinéma elle intègre la barre du comédien au Studio Pygmalion, dirigé alors par Pascal Luneau son fondateur.

Au théâtre, on lui confie des rôles

- du répertoire classique : La Reine Elisabeth dans RICHARD III de William Shakespeare, mis en scène par Olivier Bruaux - Cie Théâtre & Cinéma, au Théâtre de l'Opprimé et à l'Eglise des Billettes, Bérénice dans TITE ET BÉRÉNICE et Chimène dans LE CID de Corneille lors des 400 ans de sa naissance au château de Champs de Bataille à Evreux ;

- du boulevard : La fille de Michel Roux dans IL FAUT TUER LE CLOWN de Jean.François Champion, mise en scène de Jean-Pierre Dravel et Olivier Macé. Pascal Legros Production  Création / Tournée (France, Suisse et Belgique) ;

- du contemporain : les rôles titres dans MARIE-OCTOBRE du célèbre trio Jacques Robert, Julien Duvivier et Henry Jeanson, mis en scène par Sébastien Scherr - Cie Paris Italie Théâtre, au Théâtre de Ménilmontant et dans LA JEUNE FILLE ET LA MORT d’Ariel Dorfman mis en scène par Massimiliano Verardi - Théâtr'Ailes, au Théâtre Pixel et au Lavoir Moderne Parisien.

Dernièrement Audrey a joué, fait des claquettes et chanté le rôle de Joan l'activiste dans CHICAGO BLUES de Guy Foissy, mis en scène par William Ambert - Cie Waouh ! Au Théâtre Jean Vilar (l'Ile St Denis).

Toutefois, elle n'hésite pas à descendre des planches pour intervenir comme comédienne, animatrice et conteuse sur des bateaux de croisières dans le Grand Nord, dans la rue, à l'hôpital Necker.

Elle s'engage dans des spectacles interactifs de sensibilisation comme récemment APRÈS LE  11... d'Olivier Katian - Olympio, spectacle anti-radicalisation et MON CORPS C'EST MON CORPS adaptation du programme Canadien de prévention contre les abus sexuels sur mineurs - Balise la Vie.

C'est donc tout naturellement qu'elle rencontre Lucilla Sebastiani et la compagnie L'Embellie Turquoise qui a à coeur de développer des projets ambitieux aux caractères engagés, éducatifs et d'échanges avec le public.

Au cinéma, elle vient de camper le rôle d'Olga Grossovski, la mafieuse russe dans "Le retour de Marçao" le long métrage de Bertrand Ploquin - JAL Productions. Elle tourne régulièrement dans des longs et courts métrages ainsi qu'à la télévision.

Elle fait du doublage, de la narration, des voix pour jeux vidéo, des lectures publiques et pose pour divers photographes. Vingt cinq ans d’expérience comme comédienne-mime à l’Opéra National de Paris et au Châtelet, renforce son désir de décloisonnement des arts pour entremêler musique, dramaturgie, danse, vidéo, marionnettes … dans ses propres projets d'écritures de scénarios et de réalisations. Son 1er film FLEUR DE BETON - un court métrage post-nucléaire - co-réalisé avec Stéphane Esse a reçu plusieurs prix.

Depuis peu Audrey a ajouté une nouvelle corde à son arc en devenant photographe. Ainsi elle développe des travaux de photo-reportages.

 


MARIE-PIERRE COTARD

Comédienne

(en alternance)


         


Marie-Pierre Cotard étudie l’Art Dramatique au Cours Périmony entre 1990 et 1993.


Tout au long de sa formation théâtrale, elle travaille sur les principes fondamentaux de la mise en jeu : prise de parole, expression du corps, conscience de l’espace, relations aux partenaires. Elle y découvre aussi le travail du masque et du clown.


Elle a intégré différentes compagnies théâtrales, notamment la Compagnie Arsenic de 1990 à 1994 puis la Compagnie théâtrale de Saint Maur des Fossés depuis 1994.


Pendant de longues années, Marie-Pierre Cotard a défendu de nombreux textes sur scène :

textes classiques, modernes ou contemporains, dans lesquels elle a très souvent tenu le rôle principal.


Parmi ces oeuvres, citons par exemple :


2018 : Tailleur pour Dames, de Georges Feydeau, mis en scène par Anne Didon

2017 : Le Jardin des apparences, de Véronique Olmi, mis en scène par Jacques Elkoubi

2017 : Au théâtre comme au théâtre, de Yoland Simon, mis en scène par Gérard Hubert-Richou

2015 : desCONCERTANTs, de Dubillard, Valentin, Devos et Durringer, mis en scène par Jean-Marc Molinès

2014 : Le Suicidé, de Nicolaï Erdman, mis en scène par Jacques Elkoubi

2013 : L’Atelier, de Jean-Claude Grumberg, mis en scène par Anne Didon

2012 : Le ravissement d’Adèle, de Rémi De Vos, mis en scène par Jacques Elkoubi

2011 : Les Cancans, de Carlo Goldoni, mis en scène par Jacques Hadjaje

2010 : La Cerisaie, de Anton Tchekhov, mis en scène par Jacques Elkoubi

2003 : La manie de la villégiature, de Carlo Goldoni, mis en scène par Didier Lafaille

2003 : Chacun sa vérité, de Luigi Pirandello, mis en scène par Michèle Comba

2000 : Moeurs et Amours provinciales, de Anton Tchekhov, mis en scène par Fabrice Maigrot

1999 : L’Orchestre, de Jean Anouilh, mis en scène par Danièle Rezzi

1995 : Finie la comédie, de Lorraine Levy, mis en scène par Fabienne Barbey

1994 : Monsieur Amilcar, de Yves Jamiaque, mis en scène par Fabienne Barbey.


Depuis début 2018, Marie-Pierre Cotard s’est illustrée dans le rôle de Kate, psychologue et fouilleuse de charniers en Bosnie, dans l’oeuvre de l’auteur Matéi Visniec, La Femme comme champ de bataille.